Accéder au contenu principal

Les petits bonheurs de la semaine.

On ne va pas se mentir, ca devient plus que compliqué d'alimenter cette rubrique et quand je me prends la tête à chercher du positif, je le trouve tellement dérisoire que je finis hyper triste à constater que "ma vie, maintenant ressemble à ça"...



- Le retour de Top Chef mais que je regarde en replay parce que sinon me coucher à minuit passé un mercredi, c'est foirer ma fin de semaine!

- Me réveiller avec la radio. Suite à une storie la semaine dernière sur Instagram où je me plaignais de ne plus pouvoir souffrir l'alarme de mon téléphone chaque matin, j'ai pensé à aller déterrer un vieux radio réveil. Radio réveil un peu moche mais qui fonctionne encore et depuis le bonheur de me réveiller en douceur...

- J'ai repris mes recherches de logement. Rien de fou, ni de concret mais ça aide d'avoir des projets parait-il!

- Voir mon poids se stabiliser malgré mes craquages nombreux et répétés cette semaine. Je suis retombée dans le chocolat, les gars. Je continue de résister au soda. C'est dur. 

- Avoir eu mon fils QUATRE fois cette semaine au téléphone et quand on connait son amour pour ce moyen de communication, c'est presque aussi rare que la comète de Halley. 

- Avoir pris le temps de papoter plus d'une heure avec mon ex belle-mère (la grand mère paternelle de mon fils, pour situer). Je l'ai toujours beaucoup aimé. Pour l'anecdote quand j'ai quitté le père de mon fils, j'ai pleuré parce que je quittais ma belle-mère en même temps. 

- Etre partie du boulot vendredi en étant à jour. 

- Avoir passé une partie de mon samedi avec ma paupiette d'amour.

Et puis, il y a eu ma fin de journée hier. 

Les courses dans un supermarché bondé puisque tout le monde n'a plus le choix et va se ravitailler le samedi puisqu'en semaine à 18h tout est fermé. Rentrer à la maison avant 18h et attendre que le temps passe. 

D'un seul coup, j'ai craqué. J'ai pleuré. Oui, je sais qu'il y a mille fois plus malheureux que moi et alors? J'envie presque les mères de familles nombreuses qui n'ont plus entendu le silence depuis 15 ans (non, en vrai j'en suis pas encore à ce stade, je te rassure). 

Se consoler (seule) en pensant que dans un gros mois, le printemps sera de retour et ça, les gars, c'est définitivement la meilleure pensée de ma semaine! Tu vois, un peu le niveau...

Commentaires

  1. C'est vrai qu'en ce moment c'est pas simple, covid, couvre feu etc... En plus on est vraiment à cette période compliquée de l'année où on manque cruellement de soleil depuis un moment, la vitamine D nous fait défaut, tout ça joue sur le moral... L'arrivee du printemps va remettre un peu de baume au cœur. Chaque petit bonheur de la vie est bon à prendre même si ça peut nous paraître dérisoire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai un peu peur de la frustration entre l'arrivée du printemps et le couvre feu de 18h de mon coté...

      Supprimer
  2. Tu as quand même eu des petits bonheurs cette semaine! Ici c'est pas folichon non plus, la routine, à faire le taxi pour mes enfants... Mes petites joies de la semaine: avoir reçu des livres sur la Provence et le provençal, ma région natale et tant aimée, avoir fait de la pizza pour régaler tout le monde, passer le temps sur des jeux vidéos (pas bien mais ça distrait!), une corne et son collier en or (symbole de chance en Italie) offerts par mon mari ce matin...
    Tu as le droit de craquer, même si on sait qu'on est privilégiés par rapport à d'autres, parfois on se sent triste, seul, fatigué ou on en a tout simplement marre (rayer la mention inutile!)... Ca arrive à tout le monde... Le silence, je ne le connais plus avec les enfants (sauf quand ils sont à l'école) et même si parfois ils m'exaspèrent, je me creuse la tête pour leur fabriquer de jolis souvenirs (pas facile avec des sorties limitées) et surtout je ne suis pas seule, et quand je vois combien beaucoup s'ennuient en ce moment, je me dis que c'est une chance que d'avoir des enfants qui me poussent à aller vers l'avant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais beaucoup m'offrir une cor en or un de ces quatre aussi!
      Profite de tous ces instants, je suis parfois nostalgique du temps passé et quand Baptiste était encore petit...

      Supprimer
  3. Depuis quand il y aurait une course au(x) malheur(s) ??? Qu’il y ait plus malheureux n’enlève rien à ta tristesse, ta détresse et ton ras le bol.
    Moi aussi j’attends le printemps avec impatience, et avec l’impression cette année qu’il est VACHEMENT long à arriver le printemps…

    En petit bonheur de la semaine…
    Je suis comme prévu allé consulter un nutri (celui que j’avais vu après ma grossesse), j’ai les clés maintenant de ce qui n’allait pas dans mon alimentation, et comment y remédier, ce que j’ai commencé mercredi (le RDV était mardi).
    Ce n’est pas moi qui ai accompagné notre fils mercredi à sa séance hebdomadaire chez l’orthophoniste mais son père (mais j’ai fait l’orthodontiste jeudi), mais qu’est ce que je peux détester les salles d’attentes…
    Samedi je suis allée me détendre chez mon esthéticienne préférée avec un massage corps et un soin du visage, ça m’a fait beaucoup de bien.
    Et hier j’ai fait mon 1er batch cooking, comme ça j’ai mes portions de légumes toutes prêtes pour la semaine !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tu me tiens au courant pour les suites de ton rééquilibrage/régime? Le principal se joue dans les premières semaines qui sont les plus compliquées à mon avis. Mon corps ne cessait de me réclamer du sucre, le voyou!
      Le batch cooking tu le sais de mon coté, c'est la vie!

      Supprimer
  4. Idem, rien de folichon.
    J'ai repris le boulot (mais ça c'est plutôt cool car j'adore mon travail et pleins de projets à mettre en place).
    J'ai retrouvé ma jument qui me permet de continuer à faire du sport, prendre l'air, voir du monde... enfin que du positif.
    Ici le printemps commence vraiment à se voir, les cerisiers sortent leurs fleurs, les mimosas, les bourgeons qui pointent leur nez mais à côté de ça des journées qui rallongent et un couvre feu à 18h, c'est plus possible.
    Je vis seule et en temps normal je le vis très bien mais là je rêve de restaurants, randonnées sans regarder sa montre, balades en bord de mer et boire un coups en terrasse, de ciné, de culture... La vie quoi !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, voilà j'ai bien peur que dans ma région quand les beaux jours (trop rares) vont arriver, ce couvre feu soit compliqué à maintenir et beaucoup trop frustrant. Quelle débauche cela va être quand on sera de nouveau autorisés à sortir. J'ai peur du monde maintenant...

      Supprimer
  5. Moi jai récupéré le chauffage, passe une bonne soiree et nuit avec des amis proches, et recu un superbe cadeau fait maison par mon amie justement, juste comme ça sans raison... Et le moche le nul et le tout pourri est caché sous ces petits bonheur
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et c est un message de Magalie 😊

      Supprimer
    2. Coucou Magalie XD
      Je crois que récupérer le chauffage passe effectivement au premier plan dans une période comme celle-ci XD

      Supprimer
  6. haaa les petits bonheurs...pas facile en ce moment avec cette meteo de M (surtout) ...de la neige, de la glace, du vent.
    et ces contraintes qui n'arrangent rien, le boulot quasi inexistant.
    oui y a pire et faut arreter de se regarder le nombril, mais parfois ca fait du bien de ronchonner, de pleurer!
    un petit (non gros) bonheur hier: une bouteille de ma region offerte par le BF: un Santenay de 2016 ! (parfait pour remonter le moral et mettre le rose aux joues).
    bises de PA (ou l'on attend une tempete de glace cette fois ci) ...Ben

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas facile, mais cet exercice m'aide à ne voir que le positif et ça fait un bien fou au moral!

      Supprimer
  7. Re-hello ! Je te rejoins : de plus en plus difficile de voir le positif, mais on essaye, hein ! Pour Top Chef, je fais pareil, en replay, mais j'ai même pas encore terminé le premier volet que le second arrive, va falloir que je me presse :) Pour le reste, les beaux jours (c'est à dire sans la nuit à 9h et à 17h reviennent et ça fait du bien !)
    Bisous bis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le premier épisode de Top Chef est toujours un peu chiant, la formation des équipes mais ensuite je suis totalement emportée!

      Supprimer
  8. Mon bonheur de la semaine: commencer progressivement sur un nouveau poste de travail qui m'a été offert sur un plateau...alors que bon, je suis dans cette boite depuis - de 6 mois, que c'est déjà le 3ème changement positif auquel j'accède. Comme on disait il y a quelques temps ensemble: se faire sa place petit à petit...ben plus vite que prévu!
    Du coup, si le poste me convient et si je conviens, ça sera plutôt cool!

    RépondreSupprimer
  9. J'arrive à la fin de la semaine mais du coup, mon bonheur de cette semaine, c'est d'être en vacances et d'avoir passé une partie de la semaine chez ma maman.
    Avec le couvre-feu, pas de visite aux amis dans le coin, mais du coup une bonne dose de repos.
    Et chouchouter ma maman notamment avec des pets de nonne, son péché mignon souvenir d'enfance, ça n'a pas de prix...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Capitaine Janvier

Oui, j'ai décidé de recommencer à nommer les titres des chroniques par des noms de films. Une lubie comme une autre et puis, ça t'obligeras à être curieuse. Il n'y aura pas que des chefs d'œuvres du 7ème art, te voilà prévenu.  Cap Blanc Nez, Javier 2021.  Je ne m'engage à rien par ici, pas de publication prédéfinie. Je me connais trop bien et si je me mets une pression, c'est un truc à me dégoutter. J'aimerais venir au moins une fois par semaine, pour laisser trace de mes petits bonheurs de la semaine car on ne va pas se mentir, en ce moment, on aurait envie de se réjouir d'une quenouille.  Je fondais de grands espoirs sur Janvier. Après la bonne grosse année de merde 2020, je pensais que 2021 nous ferait tout oublier. J'ai beau avoir presque 45 ans (même à écrire, ça fait mal), je reste d'une naïveté sans nom. Les dix premiers jours s'étaient pas trop mal passés et puis dimanche 10 janvier, la machine (NDLR moi) s'emballe et me voilà do

Les petits bonheurs de la semaine.

 Autant te le dire de suite, la journée a mal commencé. Tu sais le réveil à 9h mais où déjà tu soupires de ce dimanche qui va trainer en longueur? Non, tu vois pas? C'est que tu as des enfants en bas âge, tu comprendras plus tard!  A 11H30, je n'étais toujours pas sortie de sous la couette et si cette perfide vessie ne m'avait pas chagrinée, je crois bien que j'y serais encore. Besoin de rien (et désolée Charden) mais envie de rien non plus. C'est pile à ce moment que l'idée de renouer avec cette rubrique est apparue, les petits bonheurs de la semaine pour tenter de voir le positif dans tout ce bordel (je te rappelle que je vis dans le Nord et donc dans la bruine depuis le début de l'année, ça n'aide en rien).  J'avoue qu'il a fallut réfléchir. Longuement.  - Premier petit bonheur, la stabilisation de mon papa. Enfin. Si tu ne me suis pas sur Instagram, le COVID de mon père n'a pas bien évolué et il a dû être hospitalisé. Lui remonter le taux

Mince, alors!

C'est bizarre quand on n'a jamais eu de problème de poids, on a du mal à aborder le sujet.  Qu'y a-t-il de mal à vouloir se sentir mieux dans son corps même si on ne taille pas un 54? Rapide état de lieu de la tenancière (toujours moi), j'ai 45 ans et je mesure 1,70.  J'ai longtemps (j'allais écrire toujours "LOL") porté du 38 et pesé dans les 60 kilos.  Et puis, j'ai arrêté de fumer.  Et puis, je me suis séparée.  Et puis, je n'étais plus bien dans ma vie professionnelle.  Tu as la combinaison "gagnante" de comment prendre 10 kilos en deux ans. Merveilleux!  Et puis, en septembre dernier, j'étais en vacances avec ma mère et mon beau-père et comme il ne vide jamais la carte mémoire de son appareil photo, j'ai revu des photos de moi prises il y a 3 ans. Le choc.  J'étais 'sur le cul (moelleux donc confortable)  mais j'ai continué la politique de l'autruche en me goinfrant comme jamais.  Une fois à la maison, cou