Accéder au contenu principal

Parler de moi...

Cette présentation ne devrait pas avoir lieu, si tu es ici, c'est que tu me connais déjà via mes anciens blogs ou les réseaux sociaux. 

Il y eu des présentations sur les différents supports mais j'ai pris de l'âge, elles aussi. La première présentation, c'était sur le blog "Ma vie discrete", elle date du 04 juin 2008 (ça ne nous rajeunit pas). J'aimais bien cet espace mais je m'y sentais un peu à l'étroit, je n'aimais plus son nom… Bref! Je suis allée voir ailleurs.

Je suis passée sur Wordpress, avec "Le blog de Karen" mais l'interface de l'application ne m'a jamais beaucoup plu et j'ai eu du mal à y écrire. Je continue d'aimer le format d'un blog, un peu plus intimiste qu'un mur sur Instagram et plus doux qu'une page Twitter et puis, ce week-end, je suis retombée sur des blogs "à l'ancienne". Pas de photos retouchées, pas de tournure de phrases alambiquées mais du cœur et de la sincérité dans chaque mot et d'un seul coup, mon blog, mon petit espace virtuel à moi m'a manqué. 

Je retourne à mes premiers amours et me revoilà sur Blogger. On se rend bien compte en ouvrant un blog en 2021, que l'on ne vient pas y chercher les paillettes, ça je l'ai déjà connu avec Ma vie discrète (et bordel, ça rime!), non juste laisser des mots sur mes maux, comme d'habitude. 

Avant de recommencer ici, je suis allée relire de vieux billets, certains m'ont donné le sourire, d'autres m'ont rappelé mes autres vies. Ca sert aussi à ça, un blog. 

Je suis moins torturée qu'il y a dix ans, pas plus heureuse mais pas moins. Plus épanouie et en accord avec moi-même, c'est déjà pas si mal. 

Il y a eu des changements (radicaux, la plupart du temps) mais je reste la même, cette fille qui aime mettre des pointillés partout...

Pour résumer, je suis une quarantenaire. Mère d'un enfant de 22 ans qui vient de quitter le nid (si tu ne connais pas le syndrome du nid vide, t'es une sacrée veinarde!), j'ai un ex mari anglais (et encore très présent), un ancien amoureux devenu un colocataire d'exception (je déconne pour le "d'exception", mais laisse moi penser deux minutes que ma vie n'a pas l'air si pitoyable qu'elle en a l'air). 

Une ex parisienne, plus à l'aise dans ses baskets que dans ses escarpins (qui n'ont pas vu la lumière du jour depuis 2015) et la suite, elle se lira ici au fil de mes articles sur ma vie, mes lubies du moment (et elles sont de plus en plus nombreuses), mon fils, mes voyages (quand on pourra de nouveau le faire), mes lectures ou mes tentatives désespérées pour devenir une parfaite cuisinière (et je ne sais pas d'où me vient cet objectif!).

Au cas où tu te serais perdue par ici et que tu aimerais savoir à quoi peut bien ressembler le tableau que je viens de te présenter. 



Mais la plupart du temps, je suis masquée ohé ohé!


Commentaires

  1. J’ adore ta présentation Karen, vraiment .Ravie de te retrouver.C’ est justement dit sur les blogs tout semble plus naturel et sans filtre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca fait plaisir de revenir sur une interface que je connais par cœur et où je prends plaisir à écrire surtout.

      Supprimer
  2. Hello you !!!!! ;-)
    trop contente de te relire sur un blog.

    RépondreSupprimer
  3. oups, fausse manip (la réponse à Annabelle c'était pour toi Karen)

    RépondreSupprimer
  4. chouette de te retrouver ! ;)))

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Capitaine Janvier

Oui, j'ai décidé de recommencer à nommer les titres des chroniques par des noms de films. Une lubie comme une autre et puis, ça t'obligeras à être curieuse. Il n'y aura pas que des chefs d'œuvres du 7ème art, te voilà prévenu.  Cap Blanc Nez, Javier 2021.  Je ne m'engage à rien par ici, pas de publication prédéfinie. Je me connais trop bien et si je me mets une pression, c'est un truc à me dégoutter. J'aimerais venir au moins une fois par semaine, pour laisser trace de mes petits bonheurs de la semaine car on ne va pas se mentir, en ce moment, on aurait envie de se réjouir d'une quenouille.  Je fondais de grands espoirs sur Janvier. Après la bonne grosse année de merde 2020, je pensais que 2021 nous ferait tout oublier. J'ai beau avoir presque 45 ans (même à écrire, ça fait mal), je reste d'une naïveté sans nom. Les dix premiers jours s'étaient pas trop mal passés et puis dimanche 10 janvier, la machine (NDLR moi) s'emballe et me voilà do

Les petits bonheurs de la semaine.

 Autant te le dire de suite, la journée a mal commencé. Tu sais le réveil à 9h mais où déjà tu soupires de ce dimanche qui va trainer en longueur? Non, tu vois pas? C'est que tu as des enfants en bas âge, tu comprendras plus tard!  A 11H30, je n'étais toujours pas sortie de sous la couette et si cette perfide vessie ne m'avait pas chagrinée, je crois bien que j'y serais encore. Besoin de rien (et désolée Charden) mais envie de rien non plus. C'est pile à ce moment que l'idée de renouer avec cette rubrique est apparue, les petits bonheurs de la semaine pour tenter de voir le positif dans tout ce bordel (je te rappelle que je vis dans le Nord et donc dans la bruine depuis le début de l'année, ça n'aide en rien).  J'avoue qu'il a fallut réfléchir. Longuement.  - Premier petit bonheur, la stabilisation de mon papa. Enfin. Si tu ne me suis pas sur Instagram, le COVID de mon père n'a pas bien évolué et il a dû être hospitalisé. Lui remonter le taux

Mince, alors!

C'est bizarre quand on n'a jamais eu de problème de poids, on a du mal à aborder le sujet.  Qu'y a-t-il de mal à vouloir se sentir mieux dans son corps même si on ne taille pas un 54? Rapide état de lieu de la tenancière (toujours moi), j'ai 45 ans et je mesure 1,70.  J'ai longtemps (j'allais écrire toujours "LOL") porté du 38 et pesé dans les 60 kilos.  Et puis, j'ai arrêté de fumer.  Et puis, je me suis séparée.  Et puis, je n'étais plus bien dans ma vie professionnelle.  Tu as la combinaison "gagnante" de comment prendre 10 kilos en deux ans. Merveilleux!  Et puis, en septembre dernier, j'étais en vacances avec ma mère et mon beau-père et comme il ne vide jamais la carte mémoire de son appareil photo, j'ai revu des photos de moi prises il y a 3 ans. Le choc.  J'étais 'sur le cul (moelleux donc confortable)  mais j'ai continué la politique de l'autruche en me goinfrant comme jamais.  Une fois à la maison, cou