Accéder au contenu principal

Parler de moi...

Cette présentation ne devrait pas avoir lieu, si tu es ici, c'est que tu me connais déjà via mes anciens blogs ou les réseaux sociaux. 

Il y eu des présentations sur les différents supports mais j'ai pris de l'âge, elles aussi. La première présentation, c'était sur le blog "Ma vie discrete", elle date du 04 juin 2008 (ça ne nous rajeunit pas). J'aimais bien cet espace mais je m'y sentais un peu à l'étroit, je n'aimais plus son nom… Bref! Je suis allée voir ailleurs.

Je suis passée sur Wordpress, avec "Le blog de Karen" mais l'interface de l'application ne m'a jamais beaucoup plu et j'ai eu du mal à y écrire. Je continue d'aimer le format d'un blog, un peu plus intimiste qu'un mur sur Instagram et plus doux qu'une page Twitter et puis, ce week-end, je suis retombée sur des blogs "à l'ancienne". Pas de photos retouchées, pas de tournure de phrases alambiquées mais du cœur et de la sincérité dans chaque mot et d'un seul coup, mon blog, mon petit espace virtuel à moi m'a manqué. 

Je retourne à mes premiers amours et me revoilà sur Blogger. On se rend bien compte en ouvrant un blog en 2021, que l'on ne vient pas y chercher les paillettes, ça je l'ai déjà connu avec Ma vie discrète (et bordel, ça rime!), non juste laisser des mots sur mes maux, comme d'habitude. 

Avant de recommencer ici, je suis allée relire de vieux billets, certains m'ont donné le sourire, d'autres m'ont rappelé mes autres vies. Ca sert aussi à ça, un blog. 

Je suis moins torturée qu'il y a dix ans, pas plus heureuse mais pas moins. Plus épanouie et en accord avec moi-même, c'est déjà pas si mal. 

Il y a eu des changements (radicaux, la plupart du temps) mais je reste la même, cette fille qui aime mettre des pointillés partout...

Pour résumer, je suis une quarantenaire. Mère d'un enfant de 22 ans qui vient de quitter le nid (si tu ne connais pas le syndrome du nid vide, t'es une sacrée veinarde!), j'ai un ex mari anglais (et encore très présent), un ancien amoureux devenu un colocataire d'exception (je déconne pour le "d'exception", mais laisse moi penser deux minutes que ma vie n'a pas l'air si pitoyable qu'elle en a l'air). 

Une ex parisienne, plus à l'aise dans ses baskets que dans ses escarpins (qui n'ont pas vu la lumière du jour depuis 2015) et la suite, elle se lira ici au fil de mes articles sur ma vie, mes lubies du moment (et elles sont de plus en plus nombreuses), mon fils, mes voyages (quand on pourra de nouveau le faire), mes lectures ou mes tentatives désespérées pour devenir une parfaite cuisinière (et je ne sais pas d'où me vient cet objectif!).

Au cas où tu te serais perdue par ici et que tu aimerais savoir à quoi peut bien ressembler le tableau que je viens de te présenter. 



Mais la plupart du temps, je suis masquée ohé ohé!


Commentaires

  1. J’ adore ta présentation Karen, vraiment .Ravie de te retrouver.C’ est justement dit sur les blogs tout semble plus naturel et sans filtre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca fait plaisir de revenir sur une interface que je connais par cœur et où je prends plaisir à écrire surtout.

      Supprimer
  2. Hello you !!!!! ;-)
    trop contente de te relire sur un blog.

    RépondreSupprimer
  3. oups, fausse manip (la réponse à Annabelle c'était pour toi Karen)

    RépondreSupprimer
  4. chouette de te retrouver ! ;)))

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Les petits bonheurs de la semaine.

 Autant te le dire de suite, la journée a mal commencé. Tu sais le réveil à 9h mais où déjà tu soupires de ce dimanche qui va trainer en longueur? Non, tu vois pas? C'est que tu as des enfants en bas âge, tu comprendras plus tard!  A 11H30, je n'étais toujours pas sortie de sous la couette et si cette perfide vessie ne m'avait pas chagrinée, je crois bien que j'y serais encore. Besoin de rien (et désolée Charden) mais envie de rien non plus. C'est pile à ce moment que l'idée de renouer avec cette rubrique est apparue, les petits bonheurs de la semaine pour tenter de voir le positif dans tout ce bordel (je te rappelle que je vis dans le Nord et donc dans la bruine depuis le début de l'année, ça n'aide en rien).  J'avoue qu'il a fallut réfléchir. Longuement.  - Premier petit bonheur, la stabilisation de mon papa. Enfin. Si tu ne me suis pas sur Instagram, le COVID de mon père n'a pas bien évolué et il a dû être hospitalisé. Lui remonter le taux

Ce que j'ai lu sur la Seconde Guerre Mondiale.

Je repousse l'écriture de cet article depuis toujours, je crois. Pour une simple raison, je ne sais pas de quelle manière le rédiger. Il va faire l'épaisseur d'un bottin (mondain?) et je le redoute, un peu soporifique et très indigeste. Alors si le sujet ne te passionne pas de base, inutile d'aller plus loin et pense à revenir d'ici quelques jours (bisous). Je ne me souviens plus comment j'ai commencé à lire des ouvrages sur le sujet. Sûre que c'est un de mes professeurs de Français au collège qui a du m'en recommander un, en particulier. Bref, on s'en fiche un peu même si on sous estime le pouvoir des professeurs sur le goût pour la lecture mais ce n'est pas le sujet ici. J'ai décidé de les classer par date de lecture de la plus ancienne à la plus récente, ne me demande pas pourquoi, il fallait bien faire un choix. Un sac de billes de Joseph Joffo Joseph Joffo et son frère Maurice, deux enfants parisiens juifs, ont respectivement 10 et 12 an

Les petits bonheurs de la semaine.

Avec ce rendez-vous hebdomadaire, je me rends compte à quel point le temps file et comme les semaines s'enchainent. Le coloc, à la sortie, de l'hiver se met à observer les arbres avec frénésie, ça devient une idée fixe chez lui, le besoin de voir pousser les feuilles. On est tous les deux natifs de l'été, lui en Aout et moi en Juillet, si , si c'est important.  La lumière était là cette semaine, même dans notre région, entre deux averses, la possibilité d'apercevoir le soleil, c'est déjà beaucoup. Les gens du sud, vous ne vous rendez même pas compte au quotidien de votre chance, bande d'ingrats!  Cette semaine! - Mardi gras ou encore une occasion de manger n'imp'. On a chamboulé le menu de la semaine car ce soir là, j'avais prévu Escalopes de poulet et riz. J'ai dit au coloc: "Tu choisis", il a voulu des crêpes, j'ai fait des crêpes.  Un vrai sale gosse.  - Le virement de la Saint Valentin. Y a pas à dire, notre séparation sera